Bouton menu
Réussir la transition énergétique

Revue de presse

Olivier Sidler : « Intégrer la rénovation dans un plan de relance post-coronavirus »

Le Bâtiment Performant - CFP - 19 mars 2020



Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur LinkedIn

Au sortir d’un entretien avec le cabinet d’Emmanuelle Wargon, secrétaire d’État auprès de la ministre de la Transition écologique et solidaire, qui portait notamment sur le plan de rénovation énergétique, Olivier Sidler, porte-parole de l’Association négaWatt, nous livre ses réflexions sur cette thématique ainsi que sur la crise actuelle du coronavirus.

Extrait

CFP : D’une façon plus générale, comment voyez-vous cette crise actuelle ?
O. S. : Quand on parle de « croissance verte », cela sonne comme une hypocrisie. Car nous savons bien – et nous le voyons d’autant mieux avec cette crise – qu’il va nous falloir travailler autrement. Non plus dans une production croissante, continue et permanente, basée sur l’obsolescence programmée, mais inscrire nos activités dans une réduction des volumes produits et dans une économie circulaire, avec de la récupération de matériaux, une durée de vie accrue, une refonte des process vers une économie de matière et d’énergie axée sur la limitation des émissions de GES … Ce qui est intéressant avec cette crise, c’est de voir les dirigeants politiques, dont le président de la République, remettre en cause la mondialisation telle qu’elle est aujourd’hui. Rappelons que la PPE et la Stratégie nationale bas carbone sont construites sur des bilans carbone qui ne prennent pas en compte les importations. En intégrant ce facteur, le bilan carbone par Français passe de 6,6 à 11 tonnes de CO2. Autrement dit, tout ce qu’on fait aujourd’hui à travers la SNBC correspond environ à la moitié de ce qui devrait être fait. Le problème de la relocalisation de la production industrielle actuellement en Asie est clairement à l’ordre du jour. Une fois que la crise sanitaire sera maîtrisée, nous pourrons peut-être commencer à envisager de rapatrier nos productions en France ou en Europe, ce qui nous permettrait de réduire notre taux de chômage et de mieux maîtriser la production et les émissions associées.

Lire l’entretien complet sur lebatimentperformant.fr

Nos ouvrages